La coopération, c’est quoi ?

La coopération permet à deux ou plusieurs entités, individu, service ou organisation, d’agir de concert, chacune jouant sa partition.

Pour coopérer efficacement, il faut aller dans même sens

Par exemple, le commercial et le technico-commercial, dans la banque, le front et le back office. Dans le monde artisanal, on va souvent trouver le boulanger au pétrin, et la boulangère à la caisse. Chacun ses compétences, mais on œuvre pour un objectif commun : la satisfaction du client et la grandeur de l’entreprise.

Comme la coopération est très engageante, chaque coopérant marque et respecte son territoire (les compétences, et le champ de compétence) : le front office ne traite pas administrativement les dossiers, la boulangère ne fait pas fonctionner le pétrin.

La coopération est consciente, elle connait un début – l’engagement –  et une fin – la fin naturelle par atteinte ou transformation des buts, ou l’échec.

Elle a besoin d’un cadre, et de règles qui renforcent la liberté de chaque partie dans son champ de responsabilité. Comme chacun a son territoire bien marqué, il a aussi une liberté de manœuvre dans ce territoire. Le front peut tout ignorer des processus en œuvre au back office, tant que le produit qu’il fournit au client est de qualité. Le back office peut ignorer le service rendu par le front, tant que ça ne modifie pas ses propres processus.

La coopération réussie permet un résultat gagnant / gagnant, où chacun à l’impression de gagner la mise, mais sans dépouiller les partenaires. Quand l’équipe de France gagne une compétition internationale, c’est toute l’équipe qui sait qu’elle a gagné, pas seulement ceux qui ont placé des buts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *